Recherche

Vous êtes ici :

Les effets sur la santé: bons ou mauvais?

Les effets sur la santé: bons ou mauvais

Comme le dit l’adage : « Poser la question c’est déjà y répondre ».

La mauvaise qualité de l'air a bien évidemment des effets importants sur la santé humaine, car ce sont principalement les fonctions respiratoires et cardiovasculaires qui sont touchées. Pour les spécialistes de la santé, les conséquences sont dépendantes de trois facteurs: les concentrations des polluants, la durée d’exposition et l’état de santé initial des individus exposés. La hausse prévue des températures un peu partout sur la planète, et aussi au Québec, aura une incidence sur la pollution atmosphérique, notamment sur l’ozone, les particules en suspension ainsi que sur les concentrations de pollens.

Une exposition au smog et aux particules fines de quelques minutes à quelques jours peut causer des problèmes respiratoires chez la plupart des individus. Les symptômes les plus fréquents vont d’une irritation des voies respiratoires (toux, irritation de la gorge), à une respiration sifflante; à une douleur associée à la respiration profonde et enfin à une difficulté à respirer.

Lorsque la concentration de ces contaminants dans l’air augmente, même pour une petite période, ces symptômes peuvent s’aggraver. Ils vont de problèmes de fonctionnement des poumons, en passant par l’altération du fonctionnement des poumons et du rythme cardiaque, voire à l’augmentation de la mortalité.

De récentes études se sont intéressées aux effets potentiels d’une exposition prolongée de quelques mois à quelques années. Les conclusions démontrent que cela affecte le développement des poumons des enfants, que cela influence l’apparition de l’asthme et augmenterait la mortalité des patients souffrant de maladies cardio-pulmonaires.

 

 

 

 

Une initiative de

Fondation Monique Fizt Back

Partenaires

Gouvernement du Québec Fonds vert du Québec