Qu'est-ce que le smog

Qu'est-ce que le smog?

Le terme smog est un mot formé à partir des mots anglais smoke (fumée Lien externe ) et fog (brouillard Lien externe ). Il aurait été inventé par un certain Henry Antoine Des Vœux en 1905 Lien externe  pour décrire le mélange de brouillard et de fumée qui enveloppait régulièrement Londres Lien externe  et certaines autres grandes villes d'Europe Lien externe . Le phénomène du smog était déjà observable dès le XIIIe siècle en raison de l’utilisation du bois et du charbon comme combustible mais il va s’amplifier au cours de la révolution industrielle avec l’utilisation massive du charbon .

La diminution progressive de l’utilisation du bois et du charbon comme combustibles dans les pays industrialisés n’a pas éliminé le smog pour autant, bien au contraire. En effet, on l’observe de plus en plus souvent dans les villes, un peu partout sur la planète. Il provient d'un mélange de polluants atmosphériques constitué surtout d'ozone et de particules fines, résultat de la combustion de combustibles fossiles.

Le terme smog fait référence à un mélange toxique de gaz et de particules que l’on peut souvent observer dans l’air sous forme de brume sèche. Il est associé à plusieurs effets néfastes sur la santé et l’environnement. Les deux principaux polluants qui composent le smog sont l’ozone troposphérique  Lien externe et les particules Lien externe . Environnement Canada

L’ozone qui est présent dans le smog n’est pas le même que celui qui compose la couche d’ozone de la haute atmosphère. Il s’agit d’ozone troposphérique. Il est formé par une réaction chimique entre des oxydes d’azotes (NOx) et des composés organiques volatils. Cette réaction se produit en présence de lumière et de chaleur. Ce qui fait qu’il y a plus d’ozone au sol l’été, quand il fait soleil et chaud, sans vent.

Quant aux particules fines elles peuvent être émises directement de la combustion d’une énergie fossile comme le charbon ou le pétrole. Elles peuvent aussi se former de façon secondaire, à partir d’autres polluants. Cette formation secondaire de particules survient plus rapidement quand il fait chaud.

Le smog peut se former à n’importe quelle période de l’année. L’été, il est en grande partie constitué d’ozone et de particules fines en suspension dans l’air. L’hiver, il est surtout constitué de particules fines.

La formation du smog

Flash is required!

La formation du smog, INSPQ

Selon les prévisions, les changements climatiques vont très certainement influencer les niveaux de smog et de particules fines que nous allons retrouver dans l’air. Pourquoi ? Parce que l’augmentation des températures va favoriser la formation de l’ozone et de particules fines « secondaires ». Le réchauffement climatique pourrait aussi, selon certains chercheurs, augmenter les risques de feux de forêts, et donc les émissions de particules, un peu partout en Amérique du Nord, même s’il existe certaines controverses à ce sujet, notamment pour ce qui est du Québec. Cela pourrait être très préoccupant dans certaines régions du Québec, comme on a pu le constater à la fin du mois de mai 2010 en raison des violents incendies qui avaient cours dans le  centre du Québec. La fumée produite a entraîné une forte mobilisation des autorités québécoises et canadiennes mais aussi états-uniennes afin de prévenir et d’informer les populations touchées.

Le 31 mai 2010, une alerte au smog a été émise dans tout le sud du Québec, la zone la plus densément peuplée de la province, et jusque dans la région d'Ottawa, en Ontario, en raison d'un changement dans la direction des vents. Le service météorologique américain (NOAA) a aussi émis une alerte au smog couvrant les États du Maine et du New Hampshire ainsi que le Massachusetts, au sud, jusqu'à Cape Cod et l'île de Nantucket. Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a invité pour sa part «les personnes vulnérables à demeurer prudentes» rappelant que «le smog affecte surtout les personnes atteintes de maladies respiratoires ou cardiaques, et les enfants asthmatiques». Journal de Montréal - 31/05/2010

Une initiative de

Fondation Monique Fizt Back

Partenaires

Gouvernement du Québec Fonds vert du Québec