La situation au Canada

La situation au Canada

S’il y a un endroit où l’on parle et où l’on aime parler du temps qu’il fait et à venir, c’est bien au Canada. C’est sans doute encore plus vrai en hiver. Pas une journée ne passe, sans qu’à un moment ou l’autre dans une conversation, le sujet du temps qu’il fait ou qu’il fera ne soit abordé. Nous aimons à nous définir par rapport à notre climat. Nous lui prêtons nos traits de caractère, notre capacité d’adaptation, d’innovation, nos aptitudes physiques, etc. Nous entretenons avec lui une relation particulière et parfois paradoxale et ce, quelque soit la saison. Nous « chiallons »  un peu quand cela ne fait pas vraiment notre affaire, mais nous trouvons toujours le moyen de nous réconcilier avec lui et de nous émerveiller. Car nous avons  conscience que nous vivons dans un pays qui peut parfois être dur avec nous, qui ne nous ménage pas.

Les dangers de l’hiver !

L’hiver est sans aucun doute la saison qui illustre le mieux cette relation tout à fait particulière  avec notre climat. Pour certains, il marque le temps des activités de plein air, du hockey sur les patinoires extérieures et des ballades en raquettes. Pour d’autres, c’est celle d’un combat parfois désespéré contre la neige et les froids intenses. Il est important de savoir que chaque année, de vastes régions canadiennes connaissent des périodes de très basses températures (inférieures à - 15 °C).  Ces vagues de froid et les tempêtes de neige qui les accompagnent parfois occasionnent annuellement plus de 100 décès. C’est plus que le nombre total de décès causés par d’autres événements météorologiques extrêmes (tornades, foudre, inondations, ouragans et canicules, par exemple). 

Source: citizenzoo.wordpress.com

On ne saisit pas toujours toute la portée du facteur de refroidissement éolien quand la présentatrice de la météo en fait mention. On comprend globalement que plus il augmente, plus les températures diminuent. C’est un facteur qui vient aggraver les conditions météorologiques et qui a aussi un impact sur la santé des populations et tout particulièrement celle de certains individus plus vulnérables, ou rendus plus vulnérables de par leurs habitudes de vie, leur état de santé initial ou les activités professionnelles ou personnelles.

L’exposition au froid intense peut occasionner certains problèmes de santé :

  • problèmes cardiovasculaires;
  • troubles du système de défense de l’appareil respiratoire;
  • blessures, surtout si le froid est accompagné de vents violents, car alors la température du corps baisse plus rapidement (gelures et engelures, hypothermie).

La température centrale du corps humain est de + 37 oC (+ 98,6 oF). Il est très important de maintenir cet équilibre thermique pour préserver le fonctionnement normal et fournir l'énergie nécessaire aux activités. Néanmoins le corps peut perdre de 25 à 30 fois plus de chaleur lorsqu'il est en contact avec de objets froids et mouillés, en comparaison de conditions sèches ou de la protection assurée par des vêtements secs

Il ne faut pas prendre le froid à la légère et surtout quand on est très jeune. La faible masse musculaire et la mauvaise perception des effets du froid sur le corps, à moyen et à long terme, sont responsables de blessures qui auraient pu être évitées dans la plupart des cas. Comment ? Tout simplement, en portant des vêtements adéquats et en protégeant les extrémités du corps (tête, mains et pieds). Une dernière chose encore peut-être : quand vos parents vous répètent de mettre un foulard, une « tuque » ou des « mitaines », ou encore mettre de vraies bottes à la place de vos « runnings », dites vous qu’ils le font pour vous, pour votre santé. Avec des alternances plus fréquentes entre les périodes de redoux hivernaux et de grand froid, le conseil  de s’adapter au froid est encore plus pertinent.

Une initiative de

Fondation Monique Fizt Back

Partenaires

Gouvernement du Québec Fonds vert du Québec