Qui est à blâmer?

Qui est à blâmer?

Aujourd’hui nous savons ! Nous savons que nous avons une responsabilité sur les actuels changements climatiques et leurs impacts. Les recherches scientifiques ont démontré que l’augmentation des températures sur la planète a introduit plus de chaleur, donc plus d’énergie dans les systèmes météorologiques. Cette énergie accélère l’ensemble du système et augmente ainsi le nombre et l’intensité des événements météorologiques. Ces événements deviennent plus nombreux, plus gros, plus forts et par conséquent plus souvent exceptionnels, plus extrêmes. Une nouvelle norme s’établit, une norme qui progresse malheureusement années après années.

Car personne n’est aux commandes de la machine climatique. Si c’était le cas, on pourrait lui demander de remettre immédiatement les compteurs à zéro. Malheureusement, il n’y a personne à blâmer autre que nous mêmes, personne sur qui rejeter la faute autre que sur une Humanité qui a longtemps refusé de regarder les problèmes à venir, toute occupée à vivre le progrès et la croissance illimitée.

C’est pour cela que les records tombent les uns après les autres. Des records de chaleurs bien évidemment, mais aussi de pluies, d’inondations, du nombre de tempêtes et d’ouragan.

 Source: www.photo-libre.fr Lien externe  et citizenzoo.wordpress.com

 

 

 

 

Une initiative de

Fondation Monique Fizt Back

Partenaires

Gouvernement du Québec Fonds vert du Québec