Recherche

Vous êtes ici :

Pollens: y a du trafic dans l'air

Pollens: y a du trafic dans l'air

Au Québec, on aime à penser que l’année est divisée en quatre saisons distinctes. Il y a bien évidemment l’hiver qui prend une très, très, très grande place; il y a le printemps aussi souvent trop court et surtout souvent trop tard. Il y a bien évidemment l’été et ses coups de chauds et ses vacances. Et il y a l’automne flamboyant, généreux mais qui sonne aussi le retour à l’école. Mais il y a une autre saison. C’est la saison des allergies saisonnière où ça « atchoum », où ça sniffe et ça renifle, où ça pique les yeux, le nez et/ou la gorge, où ça dérange, ça fatigue, ça rhinite, ça rhume des foins, ça herbe à poux.

De plus en plus de Québécois sont sensibles à la présence des pollens dans l’air avec pour résultat une augmentation des allergies et des problèmes de santé que cela occasionne. Quels impacts auront les changements climatiques sur la quantité et la concentration de pollens dans l’air ? De quelle manière et dans quelle proportion cela va-t-il ou non affecter la santé des individus ?

 

 

 

 

 

Une initiative de

Fondation Monique Fizt Back

Partenaires

Gouvernement du Québec Fonds vert du Québec