Le Saint-Laurent sous observation

Le Saint-Laurent sous observation

Comme pour tous les grands écosystèmes de la planète, les changements climatiques ont et auront des impacts importants sur le fleuve Saint-Laurent. Ils pourraient être d’autant plus importants que le fleuve est un écosystème d’une très grande complexité et donc d’une très grande fragilité. En effet, il dépend en grande partie de l’état des Grands Lacs d’où il prend sa source ainsi que de la pénétration de plus grandes quantités d’eau salée dans son estuaire en raison de la montée des océans.

On sait maintenant que le climat de la région des Grands Lacs, qui couvrent environ 244 100 km2 , est en train de changer, et que ces changements seront encore plus importants avec le réchauffement anticipé. Les hivers plus courts, la diminution du couvert de glace, l’augmentation des températures de l’air et de l’eau, augmenteront les taux d’évaporation qui pourraient selon plusieurs chercheurs engendrer une baisse des niveaux d’eau des Grands Lacs de 20 à 70 cm. Cela aurait pour résultat de réduire le débit du Lac Ontario vers le Saint-Laurent et donc de baisser le niveau d’eau dans le Port de Montréal de l’ordre de 1 m. Cette situation serait négative au point de vue économique pour la grande région de Montréal car la grande majorité des navires qui empruntent actuellement la voie maritime du Saint-Laurent ne pourrait plus atteindre Montréal. Elle serait aussi très nuisible au point de vue environnemental en raison des perturbations que cela engendrerait sur les écosystèmes riverains dont dépendent de nombreuses espèces animales et végétales d’une grande richesse biologique.  Près de 50% des Québécois tirent leur eau potable du fleuve St-Laurent, et une telle baisse de débit aurait sans doute des conséquences sur plusieurs prises d’eau et systèmes d’approvisionnement municipaux tout le long du fleuve, jusqu’à Québec.

De l’autre côté, la partie du Golfe et de l’estuaire sera davantage soumise à une modification des niveaux et de la circulation des masses d’eaux douces et salées qui se rencontrent, modifications qui varient en fonction des saisons et entraînent leur lot de problèmes tant économique, environnemental, récréatif, que pour la santé publique.

Une initiative de

Fondation Monique Fizt Back

Partenaires

Gouvernement du Québec Fonds vert du Québec