La situation au Canada et au Québec

La situation au Canada et au Québec

Ici comme ailleurs, des initiatives ont été mises en place au cours des dernières années parfois tardivement et encore timidement, mais les pouvoirs publics sont à la recherche de solutions.

Plusieurs collectivités canadiennes ont mis sur pied un programme de plantation. C’est le cas par exemple de Hamilton (Ontario), où depuis 2006, 2 100 arbres ont été plantés le long des rues. À Kelowna (Colombie-Britannique), entre 600 et 1 400 arbres sont plantés tous les ans. À London (Ontario), les autorités projettent d’avoir un arbre devant chaque maison. Idem pour la végétalisation des toits et des murs. Récemment, la municipalité de Toronto en Ontario a adopté un règlement pour imposer et encadrer l’aménagement de toits verts. Cela s’applique à tout nouveau projet de construction où la superficie dépasse les 2 000 m2.

En ce qui concerne l’utilisation des matériaux à fort albédo peu de collectivités canadiennes appliquent actuellement une politique ou un programme encourageant le recours à ce type de matériaux. Mais heureusement les mentalités changent rapidement et avec elles les manières de faire.

Au Québec, la question des îlots de chaleur est regardée avec de plus en plus d’attention, tout particulièrement dans les villes de Québec, de Sherbrooke et bien évidemment de Montréal et de sa grande région qui a développé au cours des dernières années une certaine expertise sur cette question. C’est à Montréal que la majorité des projets d’atténuation des îlots de chaleur ont été réalisés (Jardin pilote sur le toit du bâtiment de la Télé-Université (TÉLUQ); Installation d’un toit réfléchissant au Collège de Rosemont (3 125 mètres carrés des 14 150 mètres carrés de la toiture seront blancs).

En août 2009, le ministère de la Santé et des Services sociaux a lancé un premier appel de proposition pour la réalisation de nouveaux projets touchant l’aménagement de rues piétonnières, de quartiers, de place fraîcheur, d’aires de jeux et de cours d’écoles primaires, ainsi que de stationnements. De ceux là, 14 projets ont alors été retenus. En avril 2010, un deuxième appel d’offre a été mis en ligne et 27 projets seront subventionnés. Ces projets seront complétés d’ici la fin de 2012. Par ailleurs, plusieurs ententes ont été réalisées avec des organismes environnementaux nationaux ou locaux afin d’en assurer le plein succès. Dans le cadre du projet « Nature et fraîcheur, pour des villes en santé », l’organisme Nature Québec  Lien externe  travaille actuellement en étroite collaboration avec des municipalités-pilotes pour mettre en œuvre des plans d’actions à l’échelle des villes québécoises.

Pour approfondir la question des îlots de chaleur au Québec, consulter le site Mon climat, ma santé Lien externe , de l'INSPQ.

Une initiative de

Fondation Monique Fizt Back

Partenaires

Gouvernement du Québec Fonds vert du Québec