Les actions ici et ailleurs

Les actions ici et ailleurs

La question des îlots de chaleur urbains est vécue partout sur la planète et le phénomène tend à se généraliser avec l’augmentation des températures et la taille des villes. Cependant, les pouvoirs publics de plus en plus conscients des problèmes que cela crée notamment sur la santé des citoyens entreprennent différentes actions pour en limiter les impacts.

À Tokyo (Japon), le Tokyo Plan 2000 exige qu’au moins 20 % de la superficie des toits de taille moyenne (plus de 1 000 m2 de surface de plancher) soit recouverte de végétation. En Californie (Etats-Unis) le California Building Energy Code exige depuis juillet 2009 que les toitures aient un albédo minimal de 0,15 ou 0,20. À Copenhague (Danemark), les élus se sont donnés comme objectif pour 2012  d’amener 40% des citoyens à utiliser leur vélo pour aller au travail et pour cela ont construit un réseau de pistes cyclables très sécuritaire. À Londres (Angleterre), depuis 2003, pour accéder au centre-ville en voiture, vous devez passer par un péage urbain dont les revenus nets sont investis dans l’amélioration du transport en commun. À Fribourg-en-Brisgau (Allemagne), les pouvoirs publics ont pris des grands moyens en limitant la vitesse en ville à 30 km/h, en construisant deux tramways pour desservir la ville, en offrant aux citoyens des prix réduits pour le transport en commun et en construisant plus de 500 km de pistes cyclables. Partout des initiatives sont lancées et chaque année la liste s’allonge.

Mais qu’en est-il chez nous ?

Une initiative de

Fondation Monique Fizt Back

Partenaires

Gouvernement du Québec Fonds vert du Québec