La disparition des espèces inquiète

Depuis l'apparition de la vie sur Terre, de nombreuses espèces ont disparu tandis que d'autres ont évolué parfois jusqu’à donné de nouvelles espèces. Plusieurs facteurs sont à l’origine de ces disparitions massives, notamment cataclysmique, même si la dernière, celle des grands dinosaures laissent encore plusieurs chercheurs sur leur appétit. On considère qu’il y a eu 5 extinctions massives Lien externe  qui ont été sont suivies par autant d’explosions radiatives, c'est-à-dire par une forte augmentation de nouvelles espèces. Est-ce que ce sera encore le cas cette fois ci ?

« Si l’abeille venait à disparaître, l’homme n’aurait plus que quelques années à vivre », Albert Einstein...

Source: FreeDigitalPhotos.net

Pourquoi cette question ? Parce que selon plusieurs chercheurs nous sommes en train de vivre un sixième épisode d’extinction massive et que cette fois le principal responsable est l’être humain et que son rythme serait de 10 à 100 fois supérieur à celui des extinctions passées. Vertigineux ! Selon les modèles élaborés, près de la moitié des espèces vivantes pourraient disparaître complètement au cours du prochain siècle et ce chiffre pourrait être augmenté. Certaines analyses scientifiques en lien avec les changements climatiques ont démontré que le réchauffement planétaire pourrait avoir des impacts sur le phénomène de différenciation sexuelle des espèces et donc sur leur capacité de se reproduire.

Les variations de température peuvent avoir une importante influence sur la détermination du sexe de certaines espèces, tout particulièrement les reptiles, lors du développement de leurs embryons.

 

L'Union mondiale pour la nature (UICN) Lien externe  dénombre actuellement 16 306 espèces menacées d’extinction. Dans son bilan annuel, l'UICN a dû ajouter 188 nouvelles espèces menacées en 2007, alors qu'une seule a vu son statut s'améliorer et ce au prix d’un programme rigoureux de conservation et d’élevage en captivité.

Parmi elles, on note un mammifère sur quatre, un oiseau sur huit et près d'un tiers de tous les amphibiens de la planète. Également, 70% de toutes les plantes évaluées par le groupe d'experts sont en péril. Voilà qui n’est pas très encourageant ou voilà qui au contraire devrait encourager la communauté internationale à engager de nombreux et d’importants programmes de protections de ces espèces avant qu’elles ne disparaissent entièrement.

« La Liste rouge de l’UICN de 2007 démontre que les efforts déployés à ce jour pour protéger les espèces sont insuffisants », Mme Julia Marton - Lefèvre, directrice générale de l'UICN

Source: citizenzoo.wordpress.com

Une initiative de

Fondation Monique Fizt Back

Partenaires

Gouvernement du Québec Fonds vert du Québec