D'où viennent ces espèces exotiques envahissantes?

D'où viennent les espèces exotiques envahissantes?

La principale cause de la propagation d’espèces en dehors de leurs aires de répartitions « normales » est avant tout humaine. En effet, à l’état naturel, ce genre d’extension est extrêmement rare car l’équilibre entre les espèces au sein des écosystèmes ne se modifie généralement que très lentement.

En développant la chasse, l'agriculture et l'élevage, mais surtout, depuis qu'il dispose de moyens techniques lui permettant de se déplacer rapidement sur tous les continents, l’être humain est devenu le principal responsable des déplacements d'espèces à travers le monde. Cela s’est parfois fait de manière volontaire et intentionnelle, mais dans la grande majorité des cas, cela s’est fait de manière tout à fait involontaire.

Source: FreeDigitalPhotos.net

Les premières introductions intentionnelles l’ont été pour satisfaire aux besoins physiques et sociétaux des êtres humains. Cependant le nombre et la fréquence étaient négligeables. Elles ont considérablement augmenté avec le commerce international et le mouvement des êtres humains. Si l’introduction de certaines espèces a souvent été « encadrée » et restreinte dans leur développement, d’autres au contraire ont rapidement échappés à toute forme de contrôle et ont conduit à de véritables désastres.

Ce fut le cas en Australie où un colon britannique nostalgique de la chasse introduisit en 1859 douze couples de lapins qui ont fait des lapins qui ont fait des lapins. En à peine 50 ans, on en comptait 600 millions, qui ont colonisé 60% du territoire causant l’une des pires catastrophes qu’ait connu l’Australie. Dévorant tout sur leur passage, les lapins ont été directement responsables de la chute de plusieurs populations d’espèces indigènes. Pour lutter contre ce « fléau », les autorités décidèrent de mettre en place plusieurs actions dont :

  • la construction de milliers de milliers de kilomètres de barrière destinées à freiner l’avancée des lapins vers les terres cultivées de l’Australie Occidentale, clôture qui s’avèreront parfaitement inutiles;
  • l’introduction du renard, prédateur naturel du lapin qui va s’avérer désastreuse, car au lieu de s'attaquer aux lapins, le renard mange les petits marsupiaux, déjà gravement menacés;
  • l’utilisation d’armes virales (la myxomatose, la puce espagnole et le virus de la fièvre hémorragique).

Cependant, beaucoup d'espèces introduites l'ont été involontairement et représentent actuellement la majorité des invasions réussies. L’un des plus importants vecteurs d’introduction involontaire est sans nul doute le déversement des eaux de ballast et des salissures biologiques des navires océaniques qui sillonnent les mers et les océans. Ce vecteur d'introduction d'espèces a d'abord été ignoré, puis sous-estimé, et peu de mesures ont été prises pour y faire face.

D’autres voies d’introduction ont permis et permettent aujourd’hui encore la propagation d’espèces envahissantes à travers le monde, tels que :

  • Par les marchandises comme le bois, les produits végétaux ou les emballages en bois qui peuvent être porteurs de maladies ou de parasites
  • L’importation d’aliments vivants
  • L’importation de produits horticoles qui peuvent renfermer des insectes et des champignons étrangers ou être contaminés par des graines d’autres espèces de plantes
  • Les maladies de la faune : les animaux domestiques peuvent être porteurs de maladies ou de parasites
  • Les poissons s’échappant des piscicultures;
  • L’ouverture de canaux et de voies navigables ;
  • L’utilisation d’appâts vivants;
  • Les espèces rejetées ou s’échappant des aquariums ou des jardins aquatiques
  • Les espèces rejetées par le secteur commercial de consommation du poisson vivant;
  • Le transfert ou ensemencement non autorisé de poissons;
  • La navigation de plaisance et déplacement d’équipements.

Source: FreeDigitalPhotos.net

Pour en savoir davantage :

L'invasion des lapins en Australie

http://www.youtube.com/watch?v=Y3qOFU3xsw8 Lien externe 

L comme Lapin

http://www.universcience.tv/media/1950/l-comme-lapin.html Lien externe 

Ecology Video: Australian Rabbits

http://www.youtube.com/watch?v=pgPhn4tYxJQ&feature=related Lien externe  (en anglais seulement)

Une initiative de

Fondation Monique Fizt Back

Partenaires

Gouvernement du Québec Fonds vert du Québec