Changements climatiques et insectes : des conséquences dramatiques

Une étude qui a permis de recueillir des données dans un parc de Porto Rico à 40 ans d'intervalle révèle que la biomasse y a diminué de 25 %, tandis que la température a augmenté de 4 degrés Celsius. Cela révèle, selon Pierre Gingras, la difficulté d'adaptation des insectes et d'autres animaux à sang froid aux moindres variations de température, de même que l'importance de la synchronisation entre les espèces. Le journaliste scientifique parle à Catherine Perrin du mauvais présage que cela signifie pour les 35 % de la production végétale mondiale attribuables aux insectes pollinisateurs.

Écouter l'entrevue dans ICI.Radio-Canada.ca. Lien externe 

Une initiative de

Fondation Monique Fizt Back

Partenaires

Gouvernement du Québec Fonds vert du Québec