La maladie de Lyme : une préoccupation croissante pour les instances de santé publique du Québec

La saison estivale 2018 aura été marquée par l’avènement de multiples canicules, mais également par la diffusion de plusieurs recommandations en provenance du réseau de la santé du Québec concernant le risque infectieux pouvant être engendré par des piqûres de moustiques et de tiques. Dès le début du mois de juin, M. Yves Jalbert, directeur de la protection de la santé publique au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), invitait la population à prendre les précautions nécessaires afin de prévenir les infections contractées à la suite de piqûres d’insectes. Alors que certains moustiques peuvent transmettre des virus, comme le virus du Nil occidental (VNO) et les virus du sérogroupe Californie (VSC), certaines tiques peuvent également transmettre la maladie de Lyme.

Décrite pour la première fois en 1977 dans la ville de Lyme, au Connecticut (États-Unis), cette maladie progresse dans les régions du Québec depuis 2011. Le MSSS estime également que cette progression est liée aux changements climatiques, qui favorisent la migration des tiques auparavant concentrées au sud de la frontière canado-américaine. 

Plus d'information dans le Bulletin d'information en santé environnementale (BISE) Lien externe  d'octobre 2018.

Une initiative de

Fondation Monique Fizt Back

Partenaires

Gouvernement du Québec Fonds vert du Québec