Atlas mondial de l'eau

Éditeur : Autrement

Année : 2009

Auteur : David Blanchon, Aurélie Boissière

Public : Tout public

 

 

De l'eau pour tous ?

Si on appelle la Terre la planète bleue, seuls 2,5% de l’eau qu’elle contient sont constitués d’eau douce et sur ces 2,5%, seuls 31% sont accessibles : l’or bleue est une denrée précieuse et rare (un milliard de personnes dans le monde n’ont pas d’accès facile à l’eau potable) et le XXIe siècle semble être celui de la prise de conscience de cette réalité.

En 80 pages, cet ouvrage permet d’avoir une synthèse sur les ressources en eau, leur utilisation et les défis auxquels sont confrontées nos sociétés.

Cet atlas est construit autour de trois idées forces :

- Au niveau mondial, les problèmes ne sont pas tant liés à la quantité d’eau, mais à la dégradation de la qualité des eaux, à causes des pollutions et dégradations de la ressource d’origine agricoles, industrielles et urbaines.
- Il existe certes des régions où l’eau est rare, mais il existe aujourd’hui des méthodes (transferts d’eau à grande distance, dessalement, techniques performantes d’économie d’eau en agriculture) qui permettraient de pallier techniquement les pénuries locales.
- Les problèmes proviennent alors davantage du manque de moyens financiers ou encore de choix de gestion inadaptés. Dans tous les cas, l’eau apparaît bien plus comme un révélateur de problèmes sociaux que comme la cause de ces derniers.

En conséquence, si les « guerres de l’eau » entre États ne se sont pas manifestées, on assiste actuellement à la multiplication de conflits sociaux et politiques portant sur les politiques de gestion de l’eau, dans les périmètres irrigués (question de la répartition des eaux entre usagers, rentabilisation de nouvelles techniques coûteuses) comme dans les villes (débats autour de la « privatisation » ou délégation de service public des systèmes de distribution d’eau).

Une initiative de

Fondation Monique Fizt Back

Partenaires

Gouvernement du Québec Fonds vert du Québec