Un arbre, deux peuples, trois pommes et quatre saisons

CYCLE VISÉ : Préscolaire
ÉCOLE : École de Richelieu, Ville de Richelieu
ENSEIGNANTES : Dominique Dupuis, Dominique Claivaz, Sylvie Brodeur

DÉROULEMENT DE LA DÉMARCHE PLANIF'ACTION POUR LE CLIMAT - PRÉSCOLAIRE

AUTOMNE EN SAVEURS

Le livre d'histoire "Kiko et le potager coloré", d'Équiterre ainsi que l'activité pédagogique " Ça voyage ! " ont été animés auprès des élèves des trois groupes du préscolaire. Le livre a été réalisé pour les 3 à 5 ans et illustre la vie d'un haricot qui est mûr pour se rendre au marché. L'histoire permet une introduction aux thèmes de l'alimentation de proximité et du transport des aliments.

Les enseignantes ont complété cette histoire avec une activité de partage de recettes à base de pommes puisque l'activité s'est déroulée en pleine saison des récoltes. Il y a eu ensuite la cuisson d'une grosse soupe d'automne pour tous les élèves du préscolaire et du 1er cycle. Les élèves devaient apporter un ou deux légumes de leur jardin ou, à défaut d'en avoir un, ils devaient apporter un légume cultivé localement. Tous les légumes ont été préparés en soupe à l'aide des parents et servi aux 150 élèves du pavillon.

MATIÈRES RÉSIDUELLES - COMPOSTAGE & ZÉRO DÉCHET

Le compostage a fait son entrée à l'école de Richelieu au courant du projet Planif'Action pour le climat, en octobre. Des bacs de compostage ont été installés dans toutes les classes. Ce sont les élèves de la maternelle qui sont responsables de visiter les classes quotidiennement, pour ramasser le contenu des bacs. Une enseignante se charge de transvider le tout dans la cloche noire à l'extérieur de l'école. Les quantités collectées sont pesées et comptabilisées grâce au programme 4-Max du Centre d'interprétation des énergies renouvelables (CIER). La gestion des matières compostables a engendré quelques problèmes tels que la production d'insectes.

Le défi "Boîte à lunch zéro déchet" a été réalisé dans toute l'école lors de la Semaine québécoise de réduction des déchets du mois d'octobre. Les quantités de déchets produits dû aux lunchs des enfants ont été surveillées de près dans chacune des classes et un tirage a eu lieu dans les deux classes ayant généré le moins de déchet. Deux élèves ont donc gagné un "kit parfait de la boîte à lunch zéro déchet", c'est-à-dire un ensemble d'ustensiles et de plats Tupperware pour les lunchs.

LA NATURE EN CLASSE 

Les élèves du préscolaire ont réalisé le projet Un arbre une vie. Une fois inscrits, ils ont reçu chacun deux à trois glands de chênes qu'ils ont tranquillement préparés pour la dormance, vers la fin de l'automne. Au retour des fêtes, les élèves ont mis leurs glands en terre pour mieux préparer la venue de leur première tige. Dans le cas de ces élèves, les arbres ont été hébergés au CIER qui est situé tout près de l'école et qui dispose d'une serre. Le projet demeure néanmoins facilement réalisable à l'intérieur d'une classe (voir École Jeanne-Mance).

« En date du 14 février, les chênes ont tous poussés et mesurent près d’un pied ! Le responsable du CIER a préparé un éclairage pour les chênes pour leur fournir un minimum de 16h d’éclairage par jour (le nécessaire). En mars, les arbres ont été transférés dans la serre. »

Mme Dominique

Au printemps, les élèves ont reçu la visite du responsable du CIER à leur école pour une animation sur les semis. Le projet "Un arbre une vie" a donc été une belle occasion pour eux d'en apprendre davantage sur le cycle des arbres.

Afin de poursuivre avec le thème de la nature et parce que les élèves démontraient un intérêt sur le sujet, les enseignantes ont organisé le visionnement du film d'animation "Le Lorax". Ce film retrace l'histoire d'un petit garçon qui part à la quête d'un arbre vivant, voire du dernier arbre vivant, pour conquérir le cœur de sa jolie voisine. Il n'y a plus aucune végétation dans Thneedville, où habitent les deux jeunes, ce qui rend cette mission d'autant plus utopique et aventureuse. Suite au visionnement, une discussion avec les élèves a été animée.

LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES AU NORD

Les élèves ont vécu l'activité "Les Inuit et le Grand Nord" de l'organisation Planète Étincelle. Cette activité est adaptée pour les tout-petits et a été très apprécié par les enfants et leurs enseignantes. Pour poursuivre dans cette thématique, les trois classes ont reçu la visite d'Alain Massé pour l'atelier "La glace fond, mais l'espoir s'affermit au Nord". Cette animation peut se vivre pour les élèves de tous les niveaux. Envers ceux du préscolaire, davantage de temps a été consacré aux images et à la musique pour partager la réalité des jeunes Inuit d'aujourd'hui.

DÉROULEMENT DES ACTIVITÉS ÉCOLE

QUESTIONNAIRE SUR LES PERCEPTIONS INITIALES SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

Un questionnaire sur les perceptions des familles sur les changements climatiques a été distribué aux parents vers le mois de mars. Ce questionnaire visait à obtenir un portrait des perceptions des familles sur les changements climatiques. Suite à ce questionnaire, des affiches ont été réalisées par les élèves pour rendre publique à toute l'école certaines informations ayant été compilées puis traduites en statistiques.

JOURNÉE DE LA P'TITE LAINE

La Journée de la p'tite laine a été populaire à l'École de Richelieu. Tous les élèves de l'école ont été mis au courant qu'ils devaient porter une petite laine supplémentaire lors de la journée du 7 février et l'école a demandé à la commission scolaire d'abaisser la température ambiante de l'école de 2 degrés Celsius. A la fin de la journée, un toutou a été tiré parmi tous les élèves ayant enfilé une petite laine lors de cette journée thématique. Des affiches avaient également été réalisées pour sensibiliser les élèves à la consommation énergétique.

UNE HEURE POUR LA TERRE

L'activité "Une heure pour la Terre" a également été soulignée par toute l'école durant une journée au complet. Toute la journée du 22 mars, les lumières de l'école ainsi que les ordinateurs ont été éteints. Les parents avaient été mis à contribution pour la préparation d'un lunch froid pour leur enfant afin de limiter l'utilisation du micro-ondes. Ils avaient également été informés par une lettre explicative et une affiche d'éteindre leurs lumières durant la soirée du 23 mars, pour prendre part au mouvement d'Une heure pour la Terre.

Une enseignante explique comment une journée sans lumière a été vécue :

« Comme il faisait claire cette journée-là, nous n'avions pas vraiment à trouver des solutions.  Les lumières étaient éteintes dans les classes et les corridors. Nous avons utilisé une lampe de poche dans la salle de bain puisqu'elle n'avait pas de fenêtres. En matinée seulement, nous avons également utilisé des lampes de poches dans le corridor du rez-de chaussé puisque c'était plus sombre. »

Mme Dominique

 

MOBILISATION

MOBILISATION DES PARENTS ET DES ÉLÈVES

Des parents ont été impliqués pour quelques projets, sur une base volontaire. Par exemple, les activités de la préparation de la soupe ou les journées thématiques (Une heure pour la Terre et Journée de la P'tite laine) ont nécessité leur participation. Les parents ont également participé lors de la passation du questionnaire sur les perceptions initiales de la communauté envers les changements climatiques. Ce questionnaire n'a été distribué qu'au mois de mars et n'a pas été repassé à nouveau, ce qui aurait pu permettre d'obtenir une idée des fruits de la sensibilisation des élèves de de leurs parents au cours de l'année.

Tout au long de la participation au projet, l'éducation aux changements climatiques s'est avéré un défi lorsqu'est venu le temps d'aborder certaines thématiques :

« Une des difficultés rencontrées a été de transmettre certaines notions reliées aux changements climatiques aux tout-petits, par exemple en lien avec le transport des légumes ou avec le concept de pollution en général. »

Mme Dominique

 

 

Une initiative de

Fondation Monique Fizt Back

Partenaires

Gouvernement du Québec Fonds vert du Québec