Recherche

Vous êtes ici :

La Conférence de l'Année polaire internationale 2012: jour après jour

Émilie Robitaille, de la Fondation Monique-Fitz-Back, a participé, du 23 avril au 27 avril 2012, à la Conférence de l'Année polaire internationale 2012 à Montréal. Elle nous rend compte des principaux faits de chaque journée.

Jour 5 Conférence de l'Année polaire internationale

La Conférence de l’Année polaire a pris fin. Ce fut une merveilleuse semaine, riche en partage de connaissances, rencontres, découvertes et créativité. Environ 2 400 participants étaient inscrits, regroupant des scientifiques, enseignants, décideurs ou passionnés, en provenance des régions polaires ou d’ailleurs dans le monde. Plusieurs projets de recherche, de développement, d’éducation ou de mobilisation, réalisés PAR ou AVEC les Inuit, ont été partagés au cours de l’événement, afin de répondre à l’objectif de celui-ci, ainsi qu’au besoin des personnes et des collectivités, de décloisonner les connaissances et de s’en inspirer pour passer à l’action. 

Voici quelques autres liens intéressants vers des projets et/ou organisations dont j’ai pris connaissance durant l’événement :  

Association of Polar Early Career Scientits (APECS) : L’APECS est une organisation à but non lucratif, internationale et interdisciplinaire, visant à supporter les jeunes scientifiques ainsi qu’à encourager le réseautage et la collaboration pour les projets de recherche polaire, d’éducation et de sensibilisation face aux régions arctiques. Site Internet en anglais seulement.   www.apecs.is/ Lien externe 

Cold Climate Housing Reserach Center (CCHRC) : le CCHRC travaille en collaboration avec l’Université d’Alaska Fairbanks pour la création d’un éco-village étudiant. L’efficacité énergétique des bâtiments ainsi que les espaces verts communs du village qui font partie de la réflexion des scientifiques et autres personnes impliquées dans le projet. Nombreux autres projets et informations sont disponibles sur le site Internet du CCHRC. Site Internet en anglais seulement.   http://cchrc.org/uaf-sustainable-village Lien externe  

Livre « Polar science and Global Climate : An International Resource for Education & Outreach » : ce livre a été cité à plus d’une reprise comme une référence pour les éducateurs et scientifiques souhaitant communiquer à la population l’importance d’étudier les régions arctiques en cette ère de grands changements, climatiques et écosystémiques. Ce livre aborde les changements climatiques au niveau planétaire, basé sur les recherches scientifiques et sur le savoir autochtone. Des idées d’activités de sensibilisation et de mobilisation sont également présentées dans ce cahier (en anglais seulement).  http://www.ipy.org/hidden/item/2297-promotional-material-for-the-polar-resource-book Lien externe  

 

Jour 4 de la Conférence de l'année polaire internationale

Jeunesse et le renforcement des capacités

Hier, dans le cadre de la Conférence de l’Année polaire internationale 2012, s’est tenue la session sur la thématique sur la jeunesse et le renforcement des capacités. De jeunes leaders de l’Arctique se sont prononcés sur les initiatives auxquelles elles et ils participent, au sein de leur communauté, et sur leur vision des enjeux et solutions pour que le Nord de demain leur appartienne. Des éléments de réflexion, empreints de lucidité, de sens et d’espoir, ont émergés aux cours des échanges entre participants. 

Entre autres, les jeunes Inuit souhaitent que leur génération entreprenne un changement d’attitude face à leur identité et leur réalité pour qu’ensuite, le renforcement de leurs capacités à comprendre, expérimenter et créer puisse trouver un sol fertile où s’enraciner.  Tel que le rappelait un Inuk présent à l’atelier, nous avons, tous et chacun, de la colère qui vit en nous. Ce qui importe est non pas l’ampleur de celle-ci, mais plutôt ce que nous en faisons. Cette colère doit être canalisée, puis transformée en énergie créatrice, en quelque chose de positif. 

La question de la transmission du savoir traditionnel a également été abordée, étant une question au cœur de la culture Inuit. Une jeune participante a rappelé combien le savoir n’est pas un produit de consommation, que celui-ci ne peut être saisi que par des questions sans ancrage dans le quotidien, sans expérimentation. Le partage de connaissances, surtout en ce qui concerne la culture, nécessite du temps. 

Une ouverture à la réflexion concernant la dynamique de la transmission du savoir entre les jeunes et les Anciens a été lancée : il devient de plus en plus fréquent d’omettre la génération entre les jeunes et les Anciens d’aujourd’hui, dans le partage intergénérationnel des connaissances. L’appel était lancé pour inviter les Inuit à retrouver les référents cognitifs culturels et de réapprendre à penser « communauté » plutôt que « génération ». 

Jour 3 de la Conférence de l'année polaire internationale

Festival du film polaire

 En parallèle avec la Conférence de l’Année polaire internationale 2012, plusieurs courts et longs métrages sont présentés dans le cadre du Festival du film polaire. Hier soir, le réalisateur et des membres de la communauté de Sanikiluaq étaient présents afin de présenter le récent documentaire People of a feather/Au gré de la plume arctique.

 Les Inuit de Sanikiluaq doivent leur survie en grande partie aux eiders, de grands canards aux plumes des plus chaudes au monde. En cette ère où les changements climatiques sont souvent considérés comme phénomène principalement responsable des perturbations observées chez la faune et la flore arctique, ce documentaire soulève également les problèmes causés par la construction de grands barrages au nord du Québec. Le dérèglement des cycles hydrologiques dû à la modification saisonnière des apports en eau douce dans la Baie d’Hudson, affecte les courants marins et modifie la formation de glace de mer et de polynies, ces « oasis arctiques » essentiels à la survie des eiders. Le documentaire nous amène également à nous questionner sur l’impact de ces grands barrages hydroélectriques au niveau mondial, considérant le rôle que jouent ceux-ci sur le climat planétaire.

Ce documentaire témoigne de l’immense beauté de cette région, de la fragilité des écosystèmes marins et terrestres ainsi que de l’incompréhension et des incertitudes du peuple arctique. Un documentaire à voir absolument !  

Pour en savoir davantage, visitez le site Internet du film : http://www.peopleofafeather.com/ Lien externe , ou joignez la page facebook : https://www.facebook.com/PeopleofaFeathe Lien externe 

Vous pouvez également encourager la Société des eiders de l’Arctique, en visitant leur site Internet : http://www.arcticeider.com/donate/ Lien externe 

Pour et avec des femmes  du Labrador

Au cours de la Conférence de l’Année polaire internationale 2012, plusieurs organisations présentent leurs projets menés PAR et AVEC les communautés des régions arctiques. Aujourd’hui, le projet My world digital knowledge ans storytelling a été présenté par des femmes du Labrador. L’objectif de celui-ci consiste à rendre disponible, en ligne et pour toutes et tous, différentes histoires racontées par des Inuit de cette région afin de préserver et de partager leur savoir aux générations présentes et futures. 

Les vidéos des histoires sont disponibles sur le site Internet de la communauté de Ricolet, à http://www.townofrigolet.com/home/26 Lien externe .  Les vidéos sont en anglais. 

 

Jour 2 de la Conférence de l'année polaire internationale

Échanges de connaissances autochtones

La Conférence de l’Année polaire internationale 2012 réserve une place importante à la présence inuit des diverses régions nordiques, principalement du Canada. Des conférences et tables rondes sont proposées à chaque jour, grâce au volet « Échanges de connaissances autochtones ». Aujourd’hui, le thème des changements climatiques était au centre des discussions entre participants, jeunes leaders et dirigeants. 
 
 Les Inuit ont grandement partagé leurs inquiétudes quant aux conséquences des changements climatiques et du mode actuel de développement, non seulement sur la nature, mais également (et surtout) sur leur culture. Ils ont entre autres mentionné leurs craintes face aux bénéfices que certaines personnes semblent vouloir retirer de l’Arctique, et ce, sans laisser sentir vouloir en faire bénéficier la population locale de manière égale. Le respect entre les collectivités de différentes cultures représente l’une des solutions exprimées pour favoriser la pérennité de la culture inuit. À ce propos, un conférencier, chef d’une communauté inuit du Yukon, a précisé avoir toujours une main à l’ordinateur et un pied sur la terre afin d’illustrer la nécessité d’incarner les deux cultures afin d’espérer la survie de sa culture, celle des Inuit. 
 
Qu’adviendra-t-il de la culture inuit si le territoire continue de se transformer à une vitesse aussi effarante, tant dû à l’exploitation des ressources qu’aux phénomènes climatiques ? Qu’arrivera-t-il à l’ensemble des sociétés culturelles de la planète ? Les jeunes leaders de l’arctique souhaitent que la population inuit réapprenne à vivre des ressources de son territoire, en autosubsistance. Ils espèrent ainsi que les communautés nordiques deviendront des modèles à suivre pour le reste du monde, tant en amont qu’en aval des changements climatiques.

Le Cirque social ArtCirq

Connaissez-vous le projet de cirque social ArtCirq ? Celui-ci a vu le jour à Igloolik, Nunavut, afin de refaire naître l’espoir et le sentiment d’accomplissement chez les jeunes du Nord qui sont, trop souvent, confrontés au suicide d’un proche. Le projet ArtCirq doit entre autres son existence à quelques jeunes visionnaires inuit ayant fait naître l’idée ainsi qu’au Cirque Éloize et à Igloolik Isuma Production, pour leur support financier. Ce cirque a offert une prestation originale aujourd'hui, lors de la Conférence de l'Année polaire internationale 2012, à Montréal. Pour en savoir davantage sur le projet, visitez http://www.artcirq.org/ Lien externe 

Jour 1 de la Conférence de l'Année polaire internationale 2012

Conférence de Madame Gro Harlem Brundtland 

Mme Gro Harlem Brundtland a été invitée à la Conférence de l'Année polaire internationale 2012, qui se déroule sous le thème  « De la connaissance à l’action », en tant que conférencière d’honneur. Elle a livré un message d’espoir digne de sa réputation, et ce, devant une salle comble… et comblée. Mme Gro H. Brundtland a non seulement rappelé l’importance des recherches menées aux pôles pour les régions arctique et antarctique, mais a également souligné le rôle grandissant de celles-ci pour l’ensemble de la planète. Elle espère que les discussions qui auront lieu durant l’événement feront naître de nouvelles idées, avenues et initiatives et permettront ainsi de trouver des solutions aux problèmes sociaux, environnementaux et économiques qui se perpétuent dans les régions polaires.  

Prix inspiration Arctique

Au cours de la cérémonie d’ouverture de la Conférence pour l’Année polaire internationale 2012, a été annoncé le lancement du Prix inspiration Arctique. Ce prix, d’une valeur totale de 1 million $, permettra de reconnaître le travail de groupes ou organisations ayant contribué spécialement à accroître les connaissances arctiques, en plus d’avoir réfléchi aux moyens possibles pour mettre ce savoir en application. L’objectif consiste à relier la connaissance à l’action, le thème de la Conférence. Pour en savoir davantage, visitez le site du Prix inspiration Arctique au http://www.arcticinspirationprize.ca Lien externe 

 

 

 

 

 

Une initiative de

Fondation Monique Fizt Back

Partenaires

Gouvernement du Québec Fonds vert du Québec