La chronologie des changements climatiques

  • 500
  • Marqueur de temps
  • 190 à 206 millions
  • 1000
  • Marqueur de temps
  • 254 à 345 millions
  • 1700
  • Marqueur de temps
  • 600 et 679 millions
  • 1750
  • Marqueur de temps
  • 629 à 691 millions
  • 1850
  • Marqueur de temps
  • 1,1 à 1,4 milliard
  • 1900
  • Marqueur de temps
  • 1,5 et 1,7 milliard
  • 1970
  • Marqueur de temps
  • 3,696 milliards
  • 1985
  • Marqueur de temps
  • 4,8 milliards
  • 1995
  • Marqueur de temps
  • 5,692 milliards
  • 2005
  • Marqueur de temps
  • 6,5 milliards
  • 2010
  • Marqueur de temps
  • 6,8 milliards
  • 2020
  • Marqueur de temps
  • 7,5 milliards
  • 2030
  • Marqueur de temps
  • 8,2 milliards
  • Année ›
  • Population › mondiale

Le Petit âge glaciaire

Le Petit âge glaciaire est une période climatique froide survenue en Europe et en Amérique du Nord, d'environ 1550-1580 à 1850-1860. Elle se caractérise par des périodes d'avancées des glaciers et plusieurs minimums de températures moyennes très nets. Elle succède à l'optimum climatique médiéval (OCM), une période plus chaude. Plusieurs théories ont été avancées pour expliquer l'existence et surtout la persistance du petit âge glaciaire. La première, relie le petit âge glaciaire des années 1800 à l'éruption très violente de plusieurs volcans, dont le Tambora (Indonésie) qui ont réduit l'efficacité du rayonnement solaire. Une seconde explication, pas nécessairement contradictoire, serait à trouver dans l'effet de l'activité du Soleil. Il semble qu'elle ait été particulièrement faible pendant une bonne partie de la période du petit âge glaciaire. La diminution des températures a été de l'ordre de moins de 1°C ce qui peut paraître faible, mais elle était suffisante pour provoquer des hivers rigoureux et ralentir les activités humaines. Des archives historiques ou commerciales, des peintures de l'époque témoignent d'hivers rudes et enneigés. En Savoie (France), on organise même des processions dans l'espoir de conjurer l'avancée des glaces. Entre les années 1570 et 1730. Certains hivers sont restés tristement célèbres par le nombre de morts recensés, pour cause de froid intense et de famines. Ainsi, sous le règne de Louis XIV, les années 1693 et 1694 voient mourir près de deux millions de personnes.

Une initiative de

Fondation Monique Fizt Back

Partenaires

Gouvernement du Québec Fonds vert du Québec