La chronologie des changements climatiques

  • 500
  • Marqueur de temps
  • 190 à 206 millions
  • 1000
  • Marqueur de temps
  • 254 à 345 millions
  • 1700
  • Marqueur de temps
  • 600 et 679 millions
  • 1750
  • Marqueur de temps
  • 629 à 691 millions
  • 1850
  • Marqueur de temps
  • 1,1 à 1,4 milliard
  • 1900
  • Marqueur de temps
  • 1,5 et 1,7 milliard
  • 1970
  • Marqueur de temps
  • 3,696 milliards
  • 1985
  • Marqueur de temps
  • 4,8 milliards
  • 1995
  • Marqueur de temps
  • 5,692 milliards
  • 2005
  • Marqueur de temps
  • 6,5 milliards
  • 2010
  • Marqueur de temps
  • 6,8 milliards
  • 2020
  • Marqueur de temps
  • 7,5 milliards
  • 2030
  • Marqueur de temps
  • 8,2 milliards
  • Année ›
  • Population › mondiale

Les CFC au banc des accusés

Deux chercheurs découvrent que les ChloroFluoroCarbones (CFC) sont responsables de la diminution de l'ozone stratosphérique. Ce sont des gaz industriels stables contenant du chlore, du fluor et/ou du brome connus sous les noms commerciaux de fréons et halons. Ils ont été utilisés pour la première fois en 1928 comme liquide réfrigérant pour remplacer l’ammoniac et surtout, en très grande partie dans les années 50, comme gaz propulseur des bombes aérosols. Un gramme de CFC est 4 000 fois plus absorbant qu’un gramme de CO2. Leur utilisation produit des composés chlorés qui sont inoffensifs à basse altitude, mais qui dans la stratosphère ((entre 15 et 20 km) ) libèrent du chlore qui contribue à détruire la couche d'ozone stratosphérique qui nous protège des rayons ultraviolets). Cela a conduit à l’interdiction totale des CFC à partir de l'an 2000. Au total, 46 ans séparent la première utilisation et la preuve de dangerosité et encore 26 ans la preuve de dangerosité et l'interdiction.

Une initiative de

Fondation Monique Fizt Back

Partenaires

Gouvernement du Québec Fonds vert du Québec