Naturellement, le climat change

La Terre est un système très complexe, à ce point, qu’il n’en existe pas d’autre semblable dans tout notre système solaire. Ailleurs ? Peut-être, mais pour l’instant les sondes et les satellites n’ont pas rapporté de quoi rivaliser avec ce que nous retrouvons sur notre magnifique Terre. Qu’est-ce qui la différencie des autres planètes voisines ? La Vie ! La Vie sous des formes multiples et diverses; la Vie en perpétuelle évolution, en constants changements. Et pour qu’elle ait pu voir le jour, il a fallu qu’une multitude de facteurs et de conditions soient réunis au cours d’une échelle du temps qui se calcule en millions et même en milliards d’années. Il a fallu un Soleil, pas trop loin et pas trop près non plus, une atmosphère primitive, de la glace apportée par des comètes qui donnera naissance aux océans, une activité chimique intense, une molécule capable de se reproduire, de la photosynthèse, du dioxygène (O2),de l’ozone (O3) pour protéger la surface de la planète des rayons ultraviolets, etc. Il a fallu tant de choses que l’on a parfois de la difficulté à imaginer que nous vivons sur un bout de caillou qui a commencé à émerger du néant il y a près de 4,5 milliards d’années et qui pourrait un jour y retourner.

En effet, nous ne sommes pas à l’abri d’un « accident » qui viendrait dérégler cette fantastique mais si fragile machine à faire la vie. Cela a déjà été le cas par le passé. À de nombreuses reprises au cours de l’histoire de la Terre, le climat a été modifié, faisant tomber ou grimper de quelques degrés les températures ce qui a eu pour effet de bouleverser l’ordre des choses que nous connaissons actuellement, de faire disparaître des espèces animales et végétales incapables de s’adapter, de modifier entièrement des écosystèmes. Il est possible d’observer ces phénomènes en réalisant des prélèvements géologiques dans la terre ou encore dans les glaces où sont conservées les variations de ces changements climatiques à travers le temps.

Cette notion de variabilité naturelle du climat permet encore à certaines personnes de prétendre que les changements climatiques actuels ne sont pas la responsabilité des activités humaines. Selon elles, nous n’avons pas à modifier nos habitudes de vie et nos manières de faire pour tenter de limiter une augmentation des températures sur lesquelles nous n’avons pas d’impacts, ni de contrôle. À les entendre, nous pouvons seulement tenter de développer des stratégies d’adaptation en continuant à profiter des outils de développement économique que nous connaissons et en misant sur la technologie pour apporter une solution à chacun des problèmes rencontrés.

Mais est-ce vraiment comme cela que nous voulons ou que nous devons concevoir notre relation à l’environnement et ce dans un contexte de changements climatiques ? La majorité des scientifiques et des spécialistes reconnaissent que si nous ne faisons rien pour limiter notre empreinte écologique nous allons au-devant de problèmes importants qui pourraient compromettre la survie de nombreuses espèces dont la nôtre.

« Le changement climatique est la plus grande menace à laquelle est confronté l’humanité » Ban Ki Moon (Secrétaire général des Nations Unies)

 

Une initiative de

Fondation Monique Fizt Back

Partenaires

Gouvernement du Québec Fonds vert du Québec